Stagiaire au Conseil de l’Europe en Autriche

20140117163035794

Aujourd’hui je vais vous parler d’un article plus personnel. J’évoquerai ici mon expérience en Autriche il y a deux ans, quand je décida de faire une parenthèse dans mon secteur d’activité afin d’en apprendre plus sur les institutions européennes, tout en restant dans le monde des langues et surtout du multilinguisme.

En 2014, dans une phase d’instabilité extrême, je décide de rentrer en France afin de me poser un peu et de trouver un travail. Je pensais également commencer un deuxième Master mais je ne savais pas trop. Je pensais qu’en rentrant dans mon pays, après plusieurs années d’expérience dans mon secteur, je pourrais  trouver un travail stable, convenable avec peut être de meilleures conditions qu’à l’étranger, malheureusement, je me trompais.

Au bout de deux mois de recherches incessantes, quelques pistes qui ne donneront rien sur le SVE (Service Volontaire Européen), en vain, je décida de commencer un nouveau Master, une formation en linguistique.

Un après midi de septembre, je tombe par hasard, sur la page du Conseil de l’Europe sur le réseau social Facebook. Un article indiqué :  » Nous sommes à la recherche de 4 stagiaires au  CELV, Centre européen pour les langues vivantes de Graz en Autriche« . Sans rire, grâce à Facebook, quelquefois, j’ai trouvé de sacrés tuyaux, dont celui-ci. Facebook pour moi, ce n’est pas seulement un réseau social, une page où je peux lire les informations et les ragots rapidement, mais une page où je peux quelquefois trouver de bonnes astuces. Je me suis tout de suite imaginée à Graz en Autriche, dans une ville comme Vienne avec mon latte et mon apfelstrudel, j’avoue que ça m’a mis l’eau à la bouche. Puis je me suis surtout dit mais pourquoi pas? Je me suis d’abord dit que le dossier de candidature devait être relativement difficile à remplir et je me suis ensuite questionnée sur mon propre profil. Je pensais que je ne serais jamais prise. Pourquoi pourraient-ils être intéressés par une personne comme moi? Puis finalement, grâce à ma folie légendaire, ma patience et ma volonté, je me suis dit que je n’avais rien à perdre et j’ai tenté. Je me suis rendue à un petit salon de thé en bas de chez moi afin de profiter des derniers rayons de soleil de cette après midi de septembre. J’ai commencé à boire « un thé des moines« , du merveilleux Palais des thés (pour les connaisseurs), et j’ai commencé à plancher sur mon dossier de candidature, tout en souriant. Quatre jours plus tard, j’envoyais mon dossier de candidature pour Graz, la deuxième ville d’Autriche.

Quelques mois passèrent, puis je reçois un premier coup de téléphone de Graz afin de me demander si j’étais toujours intéressée par ce poste. Je réponds « Oui » avec un grand enthousiasme, sans en croire un mot!!

Je n’ose pas y croire… avec plus de 700 candidatures pour ce stage, je suis sélectionnée, c’est comme même dingue! Je reçois finalement une réponse définitive la semaine suivante, me disant que dans deux mois, je devrais commencer mon stage au CELV ( centre européen pour les langues vivantes) à Graz en Autriche.

Extrêmement excitée mais aussi stressée et étonnée, j’avoue qu’à ce moment-ci, je ne tenais plus en place. Tout se mélangeait dans ma tête, j’étais très surprise d’être sélectionnée mais aussi très contente et honorée. Suivant deux petits mois de préparation,  où je devais joindre la résidence étudiante pour le logement, préparer mes valises, effectuer quelques papiers administratifs et me voilà à la porte d’embarquement A14 de l’aéroport de Toulouse afin de monter dans l’avion Lufthansa en direction de Francfort. J’aurai une connexion à Francfort puis un deuxième vol pour Graz.

20140604160518620

Je ne regretterai en rien d’avoir monté dans cet avion ce jour-là. Cette expérience n’a pas été facile tous les jours. Je ne dirai pas non plus qu’elle a été la plus difficile, elle fut mouvementée, intéressante et incongrue. Il est vrai qu’en tant que stagiaire, nous avons tous beaucoup travaillé au centre européen des langues vivantes et j’avais beaucoup de responsabilités dans mon travail. Mais j’ai connu des collègues vraiment extraordinaires qui m’ont changé à jamais. Je pense surtout à mes trois mousquetaires: Flori, Arek et Azinat qui me manquent beaucoup. Je me souviens de nos soirées « sauna » le vendredi soir. Eh oui, nous avions un sauna gratuit dans notre résidence, le luxe extrême 🙂 De nos déjeuners européens où chacun préparait la spécialité gastronomique de son pays. De nos séances de bronzages au parc ou sur la terrasse, en dévorant des glaces, ou des après-midis frileux à déguster un chocolat chaud et de grosses tartes à la crème 😉 C’était pour moi, une manière de revivre pour une énième fois consécutive mon Erasmus que je n’oublierai jamais. Triste nostalgie. C’est comme-ci je tentais de répéter cette expérience constamment. Je vous promets à 30 ans aujourd’hui je me suis calmée mais je ne cesserai de penser que toutes ces expériences « internationales » resteront les meilleures.

IMG_7371-001

Revenons sur le stage. Le centre européen pour les langues ( CELV ou ECML en anglais) recherche toujours des stagiaires. Il y a toujours 4 stagiaires. Un stagiaire qui s’occupe de l’administration et des finances, un autre du site web, un qui s’occupe du centre de documentation et de ressources et le dernier stagiaire qui s’occupe du programme( ça c’était moi). Mon poste consistait à préparer et organiser les différences séminaires et ateliers afin d’accueillir au mieux les participants aux événements. Nous accueillions la plupart du temps des politiques, des directeurs d’écoles, des professeurs, des linguistes etc. Ce fut un stage vraiment riche et pluridisciplinaire. On a tous beaucoup appris dans notre secteur mais aussi en informatique, en langues, en diplomatie etc. J’ai pu rencontrer des spécialistes, discutés avec des personnes vraiment passionnées et captivantes. Par ailleurs, nous avons aussi organisé un très grand événement, une conférence internationale sur l’éducation dans un palais autrichien splendide. Je pense que cette expérience n’est que bénéfique au niveau professionnel pour un jeune aujourd’hui car c’est une excellente expérience à l’international mais aussi au niveau humain afin de connaître et découvrir des personnes de l’Europe entière.

D’autre part, vivant à Graz, j’ai eu l’opportunité de beaucoup voyager. J’ai pu visiter la Slovaquie, la Hongrie, la Slovénie et aussi l’Autriche.

Je ne dirais pas que tout était rose. Il faut bien être réaliste. On a tous connu des doutes et des difficultés. Il n’a pas été évident de vivre dans un pays germanophone surtout pour moi et Florina qui ne parlions pas du tout cette langue. En plus l’accent autrichien n’est pas des plus simples.  C’était la première fois pour moi, que je vivais dans un pays si froid où la neige est omniprésente mais je me suis très bien habituée à cela, sachant que tout est très bien chauffé en Autriche que ce soit le lieu de travail, mon logement ou encore les transports en commun. Il a été encore plus simple de supporter l’hiver en Autriche qu’en Italie où le chauffage n’est pas toujours allumé et les hivers restent particulièrement humides. Les contraintes du stagiaire sont toujours les mêmes, où que ce soit.. Le fait de parfois devoir faire des cafés et des photocopies alors qu’on préférerait plus de responsabilités. Je pense que toute le monde a connu ça en stage, je me trompe? Il est normal de connaître des difficultés et c’est ça qui nous rend plus fort. On apprend, je vous assure.  Je pense que le côté humain a été si positif qu’il a dépassé le reste et pour toutes ces raisons j’en ai un souvenir très positif. Bref, je vous conseille de connaître un jour ce type d’expérience car on en ressort grandit et changé moralement. Bon, on en ressort aussi changé physiquement, (pour ma part et pour les autres aussi) car la vie en Autriche est très chère, surtout pour un stagiaire et on a tous perdus un peu de poids, rien de bien méchant 🙂

Le CELV propose des stages de 6 mois répartis en deux sessions : de janvier à juin et de juillet à décembre. Les dates limites de dépôt des candidatures sont le 31 août (pour la période de janvier à juin) et le 31 mars (pour la période de juillet à décembre).

Je vous conseille vivement cette expérience sachant qu’elle est totalement encadrée, on vous propose un logement dans une résidence universitaire, vous pourrez y apprendre l’allemand, l’anglais ou le français et rencontrer des personnes de différents pays.

Si vous êtes intéressés je vous laisse le lien:

Informations pour être stagiaire au CELV

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à m’écrire.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s